Coordinateurs

Archives de l'État

SPF Affaires étrangères

Prof Dr Pierre-Alain Tallier

Chef de département 'Bruxelles' - Chef de la section "Archives contemporaine"

Prof Dr Nico Wouters

Chef du CEGESOMA

Dr Luis Angel Bernardo y Garcia

Archiviste - Coordinateur du transfert des 'Archives africaines"

Alain Gérard

Conseiller 'Archives diplomatiques et africaines' - ICT 5.2

Wim Van Praet

Responsable de la section 'Gestion des connaissance et des documents' - ICT

Thomas Claesen

Chercheurs

Phase 1

Jeanne Garcia a obtenu un Master en “Histoire, civilisations, patrimoine” en 2019, de même qu’un Master complémentaire en “Valorisation numérique du patrimoine: Archives et Images” en 2021, à l’Université de Toulouse II - Jean Jaurès (Mention Très Bien). Elle a réalisé, dans le cadre de son master complémentaire, un stage au sein de l’équipe du projet “Résolution-Métis” de mai à septembre 2021. Elle a réalisé l’exposition consacrée à la recherche menée par l’équipe de la phase 1 du projet (www.expometis.arch.be) et a par ailleurs consacré son mémoire de Master complémentaire aux divers enjeux soulevés par la mise en œuvre du projet “Résolution-Métis”.

Tom Van Laken behaalde in 2021 zijn master Geschiedenis (magna cum laude) aan de Universiteit Antwerpen. Zijn masterproef handelt over de dekolonisatie van het Universitair Instituut voor de Overzeese Gebieden en institutionele transitieprocessen tijdens de overgang van een koloniale naar postkoloniale samenleving. Tijdens dit onderzoek verwierf hij veel heuristische kennis over het (post)koloniale tijdsgewricht, en deed hij heel wat ervaring op met het verwerken van grote onontsloten reeksen archiefmateriaal.

Phase 2

Chiara Candaele behaalde in 2016 haar master Geschiedenis (magna cum laude) aan de Universiteit Antwerpen. Van 2016 tot 2020 was ze als doctoraatsbursaal verbonden aan de onderzoeksgroep Politieke Geschiedenis van de Universiteit Antwerpen. Haar proefschrift handelt over de politieke geschiedenis van interlandelijke adoptie in België (1945-2000). Ze publiceerde onder meer over transnationale adopties uit India en Rwanda tijdens de postkoloniale periode. Ze was tussen september 2020 en 2021 lid van het expertenpanel Interlandelijke Adoptie, dat op vraag van de Vlaamse Regering een rapport publiceerde over wanpraktijken bij interlandelijke adopties. Sinds november 2020 versterkt ze het team van het onderzoeksproject Resolutie-Metissen.

Kristien Geenen a obtenu son doctorat en anthropologie sociale et culturelle en 2012, à l’Université Catholique de Louvain. Sa thèse traitait de la vie sociale et nocturne dans la ville de Butembo (République Démocratique du Congo), pendant l’époque coloniale et postcoloniale. Elle a fait des recherches postdoctorales à l’Université de Gand et à l’Université de Liège, recherches qui examinaient, entre autre, la ségrégation dans les soins médicaux à l’époque coloniale et l’urbanisation des villes minières. Kristien a une longue expérience de terrain en RDC, elle a aussi fait des recherches à Kolwezi, à Kinshasa et à Mbandaka, pour ne citer que ces villes-là. Elle maitrise différentes langues africaines.

 

Delphine Lauwers a obtenu son doctorat en 2014 à la European University Institute de Florence, avec une thèse portant sur un siècle de diplomatie mémorielle autour d’Ypres (1914-2014). Elle a également travaillé sur l’histoire de la justice pénale internationale dans le cadre du projet Brain JUSINBELLGIUM de 2015 à 2019. Elle est spécialisée dans l’histoire des mémoires et identités collectives au 20ème siècle, mais aussi dans les questions liées aux archives déplacées, à la restitution et au patrimoine partagé. Elle a participé aux opérations de transfert des archives liées à la période coloniale depuis le SPF Affaires étrangères vers les Archives générales du Royaume et a collaboré à la rédaction du Guide des sources de l’histoire de la colonisation, paru chez Brepols en septembre 2021. Elle a supervisé la mise en place du projet ‘Résolution-Métis” depuis son lancement en septembre 2019.

 

Ornella Rovetta a obtenu un doctorat en histoire à l’ULB en 2013, avec une thèse consacrée au Tribunal pénal international pour le Rwanda. Elle a publié en 2019 l’ouvrage: Un génocide au tribunal. Le Rwanda et la justice pénale internationale, qui retrace l’histoire de ces procès hors du commun et réfléchit aux enjeux liés à la qualification des crimes, au récit judiciaire, à la place du témoin et aux défis spécifiques à l’exploitation de sources judiciaires par l’historien. Spécialiste de l’histoire de l’Afrique centrale (en particulier du Rwanda) et de l’histoire de la justice internationale, elle a publié et co-édité de nombreux ouvrages et articles sur ces thématiques. Elle enseigne l’histoire du droit à l’Université Saint-Louis et a participé et coordonné plusieurs projets de recherche d’envergure internationale, en lien avec l’histoire du droit et l’histoire coloniale.